DOLLEREN

Le site officiel de la mairie de Dolleren/Haut-Rhin/Alsace
tetiereFleurs.jpgtetiereMairie.jpgtetiereMongolfiere.jpgtetierePer.jpgtetiereSki.jpgtetiereVillage.jpgtetierecityPark.jpg

Graber

Taille de la police:

 

 


RÉOUVERTURE

Depuis le dimanche 6 octobre 2019 l'auberge est à nouveau ouverte.


CONTACTLe Graber auberge gîte de Dolleren

Installés depuis 10 ans dans la vallée de la Doller, nous avons depuis plusieurs années à cœur de réaliser un projet dans lequel nous pourrions nous rapprocher de la nature et pouvoir allier vie professionnelle et personnelle.
Le Graber est pour nous aujourd’hui une réelle opportunité de pouvoir nous épanouir pleinement et concrétiser notre projet.
Nous envisageons une ré-ouverture de la ferme du Graber prochainement, où nous accueillerons avec plaisir et convivialité les randonneurs, les familles et toutes les personnes curieuses qui auront envie de découvrir un lieu plein de vie avec des animaux dans un cadre champêtre et authentique.
Au menu des produits locaux et du terroir ainsi qu'un hébergement au calme en pleine nature.
Nous communiquerons dans les prochains temps toute l'actualité via un site Internet et les réseaux sociaux.Famille du Gaber

A très vite !

Marie-Charlotte, Dimitri et leurs enfants.

 

Le site : https://www.aubergedugraber.fr/

Facebook : Le Graber

Tél :03.89.74.64.17 et 06.88.75.96.11

 

 

 

HISTORIQUEFerme du Graber Dolleren

Le Graber fait partie de ces fermes de moyenne altitude du massif vosgien, appartenant à des propriétaires privés, dont l’histoire est moins connue que celle par exemple des fermes exploitées déjà bien avant la Révolution française pour le compte de l’abbaye de Masevaux, comme c’est le cas de la Fennematt voisine.

Située à 650 m d’altitude, sur le flanc sud du vallon du Graberbachla, le bâtiment apparaît sur le cadastre dit « napoléonien », établi par les géomètres de l’administration, vers 1832-1833 pour Dolleren. Le grand bâtiment qui y est représenté possède déjà les mêmes dimensions que l’actuel, sur lequel, au-dessus de la porte, on lit encore aujourd’hui les initiales des constructeurs.

Il s’agit de Mathieu KOECHLIN, maire de Masevaux de 1830 à 1834, et de son épouse Rosine TOURNEISEN, la propriétaire de ce bien de plus de 30 ha, d’après le livre foncier. Né à Mulhouse le 8 juin 1784, comme douzième des vingt enfants de Jean Koechlin et Climène Dollfus, Mathieu Koechlin est le premier maire protestant de la cité de Maso. Chef d’entreprise, il est le frère de Nicolas, créateur de la première usine textile implanté dans la cité de Mason. En 1814, lors de l’invasion de la Haute-Alsace par des troupes autrichiennes, il avait tenté, avec l’aide d’un corps franc de 300 hommes, de leur barrer la route au sommet du Ballon d’Alsace. Il meurt prématurément le 30 janvier 1834. Son épouse Rosine, née à Bâle, d’une famille de célèbres imprimeurs, lui donnera huit enfants. 

 Nous ignorons quels fermiers les Koechlin ont embauché pour exploiter le Graber, par contre une étude réalisée par l’ADAUHR en février 1999, sur la base des registres des matrices cadastrales conservés aux Archives Départementales nous apprend que le domaine change rapidement de main. Il passe aux mains d’un aubergiste d’Oberbruck nommé Didier Munsch, puis à sa veuve, qui fait exploiter la ferme jusqu’en 1875. Cette année-là, l’instituteur de Wesserling, du nom de Huntzinger en devient le propriétaire. Ses enfants Alfred et Alice vendent le bien vers 1894 à Marie-Armand-Edouard-Guy de Francqueville, propriétaire à Sentheim.

Quelques noms des exploitants nous ont parvenus par tradition orale : de 1871 à 1906, c’est le couple Antoine Lindecker/ Madeleine Steger, puis Paul Farny, enfin les frères célibataires Charles et Louis Ast. En 1919, venant de la ferme du Fallengesick (située sur le ban communal de Sewen, cette métairie a aujourd’hui disparu), le fermier Léon Schaffhauser s’y installe avec sa famille qui compte bientôt 9 enfants. (Voir photo.) En 1923, Léon achète le bien à Mlle de Francqueville, qui l’avait hérité de son père. A la mort de Léon, trois de ses enfants : Joseph, Auguste et Jeanne exploitent la ferme jusqu’à un âge avancé. Enfin, en 1992, la commune se porte acquéreur du bien.